Orreaga Ibarra

I-005

  • Date d'enregistrement: 1989-8-16
  • Propiétaire: Euskarabidea-mediateka
  • Informateur: Sebastian Ziganda
  • Chercheur: Orreaga Ibarra
  • Thème principal: Discussion libre. Questionnaire : verbe et morphologie nominale.
  • Consultation: Libre
  • Publication: Limitée
  • Qualité sonore: Normale
Cartes Dialectes Cartes
Itsaso
Fragment Duration Sommaire
A01 00:00:00
00:02:10
Brique, Dieu, aller.
A07 00:20:15
00:22:40
Comment ils dormaient et ce qu’ils mangeaient : des fèves, quand ils travaillaient avec les boeufs dans la montagne. Il fut longtemps patron à Erro.Ils évoquent des gens qu’il connut par le biais du travail.
B04 00:08:00
00:09:00
Il a beaucoup travaillé, mais il a aussi gagné de l’argent. C’est pourquoi maintenant, le moment est venu d’en profiter.
A05 00:11:45
00:18:40
Jeunes, tous, cousins, être, rester. J’ai confiance en, Martin m’a passé la grippe, je suis tombé à cause de toi, parler, discuter, répondre, parler politique, je te connais, dans quelle circonstance m’as tu connu ?, je vous connais, me connais-tu ?
A04 00:07:25
00:11:45
Actuellement dans le village vivent une soixantaine de personnes. Les habitants des environs viennent là et construisent des maisons neuves ou en achètent des anciennes. Mais normalement les habitants ne veulent pas vendre leurs maisons. Il y a aussi des jeunes qui vivent là durant la semaine. Normalement, les travaux de la maison ne suffisent pas à nourrir tout le monde.
A03 00:04:50
00:07:25
Ils partirent à la guerre, à Tolosa, en tant que volontaires. Les deux autres frères y allèrent et lui se libéra. Le travail qu’ils effectuaient à la maison durant cette période de guerre. Dans le secteur montagnard, l’influence de la guerre ne fut pas aussi dure que dans la Ribera.
A02 00:02:10
00:04:50
Ils parlent de ceux de la venta (auberge) d’Irurita. A présent des neveux ont arrangé la maison. Anecdotes : la pinède ; ce qui advint un jour où l’autobus s’arrêta à l’auberge.
B08 00:20:00
00:27:00
Il a deux neveux. L’un travaille au “Toro”, l’autre est cuisinier. Anecdotes à propos de ce dernier. Anecdotes au sujet de l’autre neveu.
B07 00:16:00
00:20:00
Ils utilisent beaucoup de nourriture pour le bétail et dépensent beaucoup d’argent pour cela. Manger à l’extérieur coûte cher. Ils viennent de finir la traite des vaches à dix heures. Ils ont environt trois machines dans chaque maison. Lui vendit toutes les vaches qu’il avait quand ils l’opérèrent. Avant il accompagnait toujours le bétail en voiture. Maintenant il dort dans la voiture. Il eut un accident.
B06 00:14:30
00:16:00
Les jeunes du village parlent majoritairement en euskara. Il parle avec le jeune.
B05 00:09:00
00:14:30
Tous les membres de la société ont les clés. Ce qu’ils prennent, ils le notent sur un livret et paient tous les vingt jours. Un jeune entre et ils parlent de lui, avec lui.
B03 00:05:35
00:08:05
Parfois les parents préparaient les noces dans les foires, mais il arrivait aussi que les garçons cherchassent eux-mêmes sans leurs parents. Les filles aussi devraient désigner le garçon qui leur plaît. C’est ce qui se passe aujourd’hui.
B01 00:00:00
00:01:30
La distance d’Irurtzun à Pampelune, et d’Ultzama à Pampelune.
B02 00:01:30
00:05:35
Le village est joli. Il y a quelque quatre cents vaches dans le village. Bien que les maisons aient des étables, il y a des bergeries dans la montagne pour pouvoir les garder sur place. (3’00”) Les foires. Ils emmenaient les vaches et les cochons à pied. Il leur fallait deux jours pour arriver et ils dormaient en chemin. Il y en avait toutes les semaines. Maintenant à Irurtzun, la foire a lieu le mardi. Là se faisaient aussi les noces.
A12 00:30:45
00:31:50
Ils supprimèrent la taverne de Mezkiritz, mais les jeunes arrangèrent la société, et c’est très bien. A Itsaso il n’y a plus d’école, tous les enfants de la vallée vont à Jauntsarats.
A11 00:29:37
00:30:45
En hiver, à la maison, sur le chemin, dans une maison, le matin, la nuit, ici même.
A10 00:28:32
00:29:37
Hiver et neige dans les différents villages.
A09 00:24:50
00:28:32
Le travail d’enseignante d’Orreaga. Elèves d’Itsaso.Les gens vont à Pampelune.
A08 00:22:40
00:24:50
On peut gagner de l’argent en élevant un type de bétail, mais pas en se consacrant à plusieurs espèces. Situation de Mezkiritz.
B10 00:27:50
00:29:45
Il allait ferrer les boeufs du côté d’Irurita. Il connaît très bien les montagnes. Ils parlent de gens qu’il connut par le biais de sa profession de bouvier.
B09 00:27:00
00:27:50
Comment ils disent “se marier”.
B11 00:29:45
00:31:49
Les producteurs de bois envoyaient le bois en Catalogne. Orreaga raconte pourquoi Aurizberri a plus de montagnes que Mezkiritz.
A06 00:18:40
00:20:15
Anecdote : un jour ils allèrent à la foire et là il y avait un homme qui le connaissait et qui lui dit qu’il était le meilleur bouvier. Lui ne connaissait pas cet homme.
Piste Duration Écoutez le fichier
I-005-A 31:53
Loading the player...
I-005-B 32:04
Loading the player...