Irulegi Irratia

II-001a

  • Date d'enregistrement: 1992-10-06
  • Propiétaire: Euskarabidea-mediateka
  • Informateur: Manuel Alzugaray
  • Thème principal: Charbon.
  • Consultation: Libre
  • Publication: Limitée
  • Qualité sonore: Très bonne
Cartes Dialectes Cartes
Urepel
Fragment Duration Sommaire
A01 00:00:00
00:06:30
(1.30”) L’homme naquit à Lesaka et à vingt-six ans il partit travailler le charbon à Urepel. Il avait des connaissances là-bas et quand ils lui dirent qu’ils ne souffraient pas de la faim, lui aussi partit faire du charbon. Les Allemands étant là-bas, il y avait une centaine d’hommes qui travaillaient avec lui. Tous travaillaient pour Bidart de Baigorri. Quand il était jeune, on faisait aussi le charbon à Lesaka. Il ne pensa jamais qu’il travaillerait dans ce secteur, et maintenant il a de la peine à le quitter.
A02 00:06:30
00:33:00
Pour faire le charbon il faut d’abord trouver le bois et le préparer. On peut le faire avec n’importe quel bois, chêne, châtaignier ou hêtre, mais le feu de châtaignier dure moins longtemps. Les types de bois différents peuvent être mélangés. Il faut couper le bois de différentes tailles. Au centre on fait une cheminée et les branches posées là doivent être petites pour qu’elles s’enflamment facilement. Les branches de dessus seront toujours plus grandes, mais celles du sommet seront à nouveau petites pour pouvoir être recouvertes de terre et que celle-ci ne tombe pas à l’intérieur, réduisant ainsi le feu.Le bois est transporté sur une charrette conduite par des chevaux. A l’époque de la guerre il était transporté à dos d’homme. Aujourd’hui le charbon se fait au four. Mais lui ne sait pas le faire de cette manière.Mieux vaut l’allumer en été, car en hiver les nuits sont plus longues et tout pourrait brûler. On fait de la braise sur le sol et avec la pelle on la jette par le trou de la cheminée. Ensuite on jette de l’eau et le feu monte par le trou jusqu’en haut. Le charbon doit cuire, mais pas brûler entièrement, sinon il ne resterait que de la cendre. On alimente la meule à charbon en mettant plus de bois et en la recouvrant de terre. (14.10”) Il est en train de travailler sur la meule à charbon et il leur montre. La terre du sommet est étalée avec le pied et il est arrivé que l’on se brûle. (18.00”) La journaliste a donné un coup de main à Manuel et raconte ses impressions.(19.48") Il installe l’escalier en fer pour grimper. Il fait une meule à charbon qui va permettre de sortir quelque deux cents sacs et pour cela il va lui falloir une quinzaine de jours. S’il fait chaud quatorze jours et s’il pleut seize jours seront nécessaires, sans jamais éteindre.On ne recueille pas le charbon tant que tout n’est pas fait, car il reste du feu jusqu’au dernier moment. On laisse passer un jour pour que cela refroidisse et le jour suivant, avant l’aube, on commence à recueillir le charbon, car dans l’obscurité on voit mieux où se trouve le feu. Ils gardent toujours de l’eau pour le cas où il faudrait éteindre. A l’aide de la pelle ils jettent de la cendre pour éteindre le feu. On commence à recueillir le charbon. A l’aide d’un râteau en fer on trie le charbon. Cela se fait très lentement, en recouvrant de terre pour que le feu ne prenne pas. Si la meule à charbon n’est allumée que depuis deux jours et si elle a été inondée, on peut enlever la terre, mais sinon il n’y a pas de problème. Le vent est ce qu’il y a de pire. Il soulève sans cesse la cendre et ainsi le feu faiblit. Le charbon refroidit assez vite sur le sol. On peut commencer en suivant à remplir les sacs. Mais le premier jour on les laisse entassés par cinq à l’extérieur de la maison, car un morceau de bois peut prendre feu par la suite aussi. Maintenant il rentre les sacs dans quelques poches en plastique qui doivent faire treize ou quatorze kilos, ce n’est pas la peine de les peser. Si c’était du châtaignier, il pèserait deux kilos de plus que le chêne. Maintenant il vend à qui lui demande. Cela ne va pas durer longtemps.
A03 00:33:00
00:34:20
En plus de travailler le charbon, il fit aussi du fauchage. Ensuite il recommença à travaille le charbon. Il fit une petite meule à charbon pour montrer aux enfants.
A04 00:34:00
00:46:18
La chanson de la forge d’Orbaitzeta. (38.25”) Même s’il n’en avait pas besoin et bien qu’ils soient aidés économiquement, il recommença à faire du charbon parce que vraiment c’est quelque chose qui lui plaisait. Il est facile de recueillir le bois. Ce qui coûte leplus est de surveiller la meule à charbon. Il faut surtout y aller la nuit, car les nuits sont longues, et un animal pourrait s’approcher et faire un trou. Tout peut brûler. Quand il était jeune ils faisaient des cabanes là où se faisait le charbon. Il faut être près. Il fait tout à la manière d’autrefois. A propos d’un homme qui fut charbonnier. Au début il l’aidait, ensuite il commença à le cuire lui-même. (44.50”) Aurevoir.
Piste Duration Écoutez le fichier
II-001a-A 46:22
Loading the player...