Enregistrements

Enregistrements

Satrustegi

SR-009

  • Date d´entregistrement: 2001-03-18
  • Propiétaire: Euskarabidea-mediateka
  • Informateur / informatrice: Fernanda Gamboa.
  • Chercheur / chercheuse: Jose Maria Satrustegi
  • Thème principal: Jeunesse à Martxonea. Prix de basque (12 ans). Domestique à Tolosa (14 ans). Dans l´agriculture à l´époque de la guerre. Transport du bois, mise en tas. Accident en coupant l´herbe. Noce et maîtresse de maison à Sotilenea. Apprentissage de la cuisine. Sept hommes à table. D´autres dans le grenier. Tentatives de travail aux champs. J´ai beaucoup travaillé dans ma vie.
  • Vue autorisée: Libre
  • Publication autorisée: Limitée
  • Qualité du son: Normal
Ville Dialectes Cartes
Fragment Durée Temas Sumario
A01 00:00:00
00:02:40
mode de vie Présentation. Nom, âge, date de naissance. Ils étaient quatre frères. Enfants, quand ils sortaient de l’école ils partageaient les navets pour le bétail, allaient ramasser les pommes de terre ou travailler le bois. Ils s’occupaient aussi des cochons.En hiver ils allaient chez un ami. Quelquefois à Uharte ou Lakuntza.
A02 00:24:00
00:33:05
anecdote Le jour où ils allèrent en train à Lakuntza sans argent.
A03 00:03:35
00:09:15
métiers: bonne Elle quitta l’école à quatorze ans. Elle s’en alla comme bonne d’enfants chez un oncle à Tolosa. Elle y resta trois ans sans voir le moindre argent. Pendant la semaine, elle nettoyait toute la maison, et l’ après-midi elle sortait les enfants. Le samedi elle passait la cire et nettoyait toute la maison à la brosse. La tante était brodeuse et l’oncle avait été docker à Cuba. Le samedi ils étaient payés en or. Lui était à la retraite. Ils se marièrent tard. Après ces trois années, elle revint au village et travailla la terre.
A04 00:09:15
00:11:37
euskara: congrès Quand elle avait onze ans il y eut un concours d’Irurtzun à Ziordia. Tous les enfants allèrent à la mairie d’Etxarri-Aranatz à la fête de l’euskara. Ils passèrent un examen de lecture et d’écriture et elle gagna le prix : un livret avec dix duros et un livre religieux. Pour cela elle passa tout l’été à étudier le journal "Argia". Ce fut une très grande fête. A l’époque tout Sakana parlait en basque.
A05 00:11:37
00:12:48
anecdote, métiers: maître Son maître d’école était Don Cleto Rojo. Il allait à l’école avec sa guitare. Et quand il apprit que Fernanda devait partir à Tolosa, il alla chez elle et il dit à sa mère de ne pas l’envoyer, qu’elle méritait de faire des études. Le jour suivant Fernanda partit en train à Tolosa.
A06 00:12:48
00:14:00
anecdote, nostalgie A Tolosa le soir quand les autres allaient se coucher elle nettoyait son linge. Un jour où il neigeait, elle sortit au balcon et sentit le mal du pays, mais elle resta là-bas trois ans sans voir personne de la famille.
A07 00:14:00
00:22:35
mode de vie, travaux ménagers Son frère partit à la guerre et elle travaillait le jour à la terre et le matin et le soir, elle allait à la montagne traire les brebis. Elle portait aussi les sacs de pommes de terre sur ses épaules.Quand son frère emmenait les brebis à la montagne, il mangeait en chemin le pain qu’il avait pour déjeuner et il n’en avait plus jusqu’au soir. Le soir sa mère lui faisait un chaudron de haricots rouges. Par la suite ils vendirent les brebis. Sans même nettoyer la maison, ils allaient nettoyer le bois avec les balais, "orbelketa". Pour manger ils prenaient de la ventrèche piquée sur le grill et ils le mangeaient. Le soir ils rentraient à la maison, mangeaient une grande assiette de pommes de terre et quelques tomates et ils allaient en courant au rosaireQuand son frère partit à la guerre, elle se levait à une heure du matin, prenait la charrette et allait à la montagne chercher du bois. A la mi-journée elle remplissait la charrette et rentrait à la maison.En été ils fauchaient les herbes.Ils vendaient des pommes grillées et des nèfles.
A08 00:22:35
00:23:44
accident, anecdote Ils eurent un accident avec la machine à couper les foins.
A09 00:23:44
00:25:00
hiver, maladie En hiver, même quand il gelait, ils sortaient chercher des navets. Mains tuméfiées. Il attrapa froid et il dut partir à Pampelune se faire soigner.
A10 00:25:00
00:26:57
automne Pendant la période où ils sortaient les vaches, ils jetèrent des câbles électriques avec le risque que cela supposait. En automne on emmenait les vaches à la montagne, on ramassait des noisettes et des mûres.
A11 00:26:57
00:31:11
abattage du cochon Tuer le cochon : on séchait les hêtres à feu doux, on leur donnait du feu, c’est là qu’on brûlait le cochon, on le nettoyait, on lui enlevait les entrailles et on le vidait. On préparait les boudins et le dîner. Quelques amis venaient. Ils mangeaient des côtes grillées, du bouillon de pot-au-feu, des boudins, des gâteaux et du café. Ils répartissaient les boudins entre différentes maisons. Dans certaines maisons, on leur donnait quelque chose en échange.
B01 00:00:00
00:04:00
anecdote, métiers: cuisinière Une fois, son père alla à la foire de Pampelune et il mangea dans une pension. Il dit à la femme de la pension qu’il avait une fille qui voulait apprendre à cuisiner et elle lui dit de lui envoyer. Et c’est ainsi que Fernanda partit à Pampelune. Le premier jour, ils lui demandèrent de tuer une poule et elle lui coupa le cou. Ensuite, ils lui dirent de jeter les pattes dans le pot au feu et elle le fit sans les nettoyer. C’est ainsi qu’elle apprit à cuisiner. Le secrétaire de la Députation était là-bas comme pensionnaire et il voulait se marier avec elle, mais Fernanda ne voulait pas.
B02 00:04:00
00:06:10
anecdote Une fois, un grand-père à elle voulait construire une maison, mais pour cela il devait abattre un arbre et avait besoin d’une autorisation. Le garde lui dit qu’il pouvait attendre trois mois. Fernando lui obtint le jour même.
B03 00:06:10
00:08:08
anecdote, théâtre Il y avait aussi dans la pension un homme qui s’appelait Carmelo et c’est lui qui publia dans le "Pensamiento Navarro" (Pensée Navarraise) le retour de Fernanda au village. Le même homme l’emmena au théâtre ainsi que les propriétaires. Elle resta six mois à Pampelune.
B04 00:08:08
00:08:45
alimentation, anecdote A Martxonea, sa maison, une quinzaine d’amis se réunirent pour dîner et elle leur prépara le repas : soupe, viande en ragoût avec des pommes de terre et gâteau.
B05 00:08:45
00:11:40
fiancés, mariage Comment elle connut son mari : quand il partit comme soldat il la prit comme marraine. Comment se formèrent les couples. Le dimanche, les garçons allaient voir les filles. Elle se maria à vingt-sept ans. Le mariage eut lieu en l’église d’Arruazu et le repas à Sotilenea (sa maison depuis qu’elle est mariée). Beaucoup de monde se retrouva là.
B06 00:11:40
00:12:25
voyage: de noces Ils partirent à la gare avec la charrette de la pension et de là directement à Zaragoza. Ils allèrent aussi à Tafalla.
B07 00:12:25
00:19:59
alimentation Après s’être mariée, elle dut vivre dans la maison avec sept hommes. L’un d’eux qui n’avait jamais utilisé le camion dit qu’il voulait essayer et ce qui s’ensuivit le lendemain. Comment elle s’arrangeait à table avec les sept hommes : les problèmes de partage quand il y avait du poulet, ce qui arrivait avec le café, problème de partage de la nourriture.
B08 00:19:59
00:26:50
divers Un jour ils lui dirent de ne pas s’aventurer à aller ramasser les haricots le lendemain avec eux; et bien sûr elle y alla. Au retour, il n’y avait rien de prêt pour le repas, car les grands-parents n’avaient rien fait. Ils avaient le téléphone public à la maison. Après avoir fait le repas, mangé et ramassé la table, elle restait seule à récolter les pommes de terre. Anecdotes survenues avec la femme âgée de la maison.
B09 00:26:50
00:30:35
anecdote, église Quand ils commencèrent à construire la nouvelle église il y eut deux responsables qui mangeaient aussi à la maison. Elle faisait alors un repas spécial, tous les jours différent : soupe, croquettes de viande, côtes de boeuf. Le grand-père faisait partie de l’assemblée de l’église et finalement ils accueillirent les onze ouvriers à la maison : onze dans la salle à manger et les sept de la maison qui mangeaient à la cuisine. Ce fut ainsi pendant un an. La photo où l’on voit la voiture de l’évêque stationnée devant sa maison.
B10 00:30:35
00:31:15
métiers: entrepreneur L’employeur allait le samedi payer le salaire et il voulait manger des txistorras et des oeufs. C’était le grand-père qui recueillait tout l’argent et elle n’en vit jamais la couleur.
B11 00:31:15
00:31:38
alimentation: pain Elle faisait le pain à la maison deux fois par semaine.
Pista Écoutez le fichier Durée
SR-009-A 31:16
SR-009-B 31:53