Enregistrements

Enregistrements

Orreaga Ibarra

N-049

  • Date d´entregistrement:
  • Propiétaire: Euskarabidea-mediateka
  • Informateur / informatrice:
  • Chercheur / chercheuse: Izaskun Pellejero
  • Thème principal:
  • Vue autorisée: Libre
  • Publication autorisée: Limitée
  • Qualité du son: Bonne
Ville Dialectes Cartes
  • |
  • |
Fragment Durée Temas Sumario
A01 00:00:00
00:05:28
jeunesse Elle aimait l’école mais y alla peu parce qu’elle devait aider à la maison. Ils avaient peu de choses mais vivaient heureux. Le moment de distraction, c’était après le rosaire, quand les garçons et les filles se retrouvaient. A cette époque, il y avait plus de joie et on donnait plus de valeur aux choses. Elle a toujours aimé s’habiller et bien se préparer. Elle est reconnaissante envers sa mère parce qu’elle était très exigeante quand il s’agissait de nettoyer la maison. Elle aimait beaucoup aller aux fêtes, mais elle devait d’abord terminer les travaux de la maison et ceux des champs.
A02 00:05:29
00:14:41
euskara: différents dialectes Après s’être mariée, elle partit en Argentine parce que son mari avait un frère là-bas et elle aussi souhaitait quelque chose de plus. Elle ne regrette pas d’être partie parce qu’elle a connu beaucoup de gens différents et parce que ce fut une très belle expérience. Au Centre Basque de Buenos Aires, ils retrouvaient des personnes qui parlaient l’euskara et chacun s’exprimait dans son dialecte, avec son accent, mais ils se comprenaient bien. Les gens qui sont partis d’ici pour aller en Argentine étaient des gens très travailleurs et honorables, qui voulaient aller de l’avant. Quand elle partit en Argentine, la situation économique ici était mauvaise, et là-bas plutôt bonne. Mais ensuite, les choses s’inversèrent. La situation de l’Argentine ne cessait d’empirer et celle d’ici en revanche allait en s’améliorant. Le gouvernement de Peron au lieu d’aider les gens à travailler ou à étudier, distribua de l’argent et des machines à des gens qui ne savaient pas les utiliser, et les fit venir à Buenos Aires. Cela provoqua la dépendance du gouvernement, qui voulait des voix, et la banqueroute du pays.
A03 00:14:42
00:15:56
euskara: transmission Quand ils arrivèrent en Argentine, ils parlaient en euskara, mais c’était mal vu (“on dirait que vous êtes juifs”), et ils passèrent au castillan. C’est pourquoi leurs enfants ne savent pas l’euskara. Son fils lui reproche de ne pas lui avoir appris l’euskara. Cela lui fait de la peine de ne pas avoir transmis l’euskara à ses enfants.
Pista Écoutez le fichier Durée
N-049-A 15:57